Qui est Adélise Lapier?

 

Je vous dis tout, ou presque… 

Adélise Lapier

Je fais partie de ces petites filles dont le cœur vibrait en pénétrant dans les églises. Le mystère qui imprègne ces sanctuaires faisait chanter mes cellules ; de toute mon âme j’étais attirée par les représentations de Marie. Dans ma chambre d’enfant, je conservais religieusement une statue en bois noir de la mère du Christ. Ma première Vierge Noire… Je lui confiais mes secrets, et lui demandais conseil. A l’opposé, je sortais toujours frustrée des messes célébrées dans ces mêmes lieux. Il me manquait quelque chose. Je ne me sentais pas catholique. Je rendais culte à Marie. J’ai grandi, mené ma vie de femme de manière très ordinaire. J’aurais voulu devenir journaliste et écrivaine, mais je me suis conformée à ce que ma famille attendait de moi. Bonne fille travailleuse, je suis devenue juriste. En continuant de loin à m’intéresser à la spiritualité.

Et puis, parce que l’univers est joueur, j’ai accouché un soir en catastrophe sur mon canapé. Tout est allé très vite. Mon mari était en ligne avec le Samu, ma mère répétait mentalement les gestes qu’elle avait appris à l’école d’infirmière. Mais en réalité, nous étions seules, mon bébé et moi. L’extérieur ne pouvait que nous apporter du réconfort. J’ai très vite compris que les réponses étaient en nous. Et c’est là que la magie a opéré. Quelque chose de bien plus grand que moi, que nous, est intervenu. Je me suis sentie entourée. Le cercle ancestral des femmes s’est donné rendez-vous dans mon salon pour nous soutenir. Rassuré, mon mental a laissé mon corps prendre le contrôle. Ce corps qui savait, qui a adopté des positions très précises. Mon bassin a pivoté, basculé, et ma fille est venue au monde en douceur. Ce fut une puissante reconnexion au Féminin divin.

J’ai continué mon chemin, pas à pas. J’ai ouvert un cabinet d’écrivain public – animatrice d’ateliers d’écriture – accompagnante en écriture. J’ai d’abord écrit pour autrui, fait écrire l’autre aussi. J’ai toujours écrit, plus ou moins selon les périodes. Mais je n’ai jamais jugé utile de partager mes textes, d’entamer la pénible recherche d’un éditeur, d’oser dévoiler mon intimité.

Et un jour, alors que je faisais des recherches, j’ai découvert la réalité de la religion de la Déesse Mère. Ce divin Féminin qui a guidé les humains pendant au moins 20.000 ans et dont presque personne ne parle. Cette spiritualité respectueuse du Vivant et des cycles de la nature, qui invite à travailler autant l’ombre que la lumière et qui a tant à nous apprendre à nous, humains du XXIème siècle. J’ai compris le parallèle historique qui existe entre l’asservissement de la planète et celui des femmes par les patriarcats. Les cercles de femmes, les retraites chamaniques, les Moon mothers, etc. – tout ce qui permet la reliance au Féminin sacré – sont entrés dans ma vie pour ne plus jamais me quitter.

De là est venue l’impulsion… Depuis je m’efforce de raconter cette vérité méconnue, en conférence, dans des cercles de femmes, ou dans mes écrits. Non, le Féminin n’a pas toujours été étouffé ! Il a été souverain, à cette époque révolue où l’humain vivait en harmonie avec son milieu.

J’écris aussi sur divers thèmes comme la médiumnité, l’archéologie interdite, la magie blanche, la sorcellerie, le paganisme, les matriarcats primordiaux, les Vierges noires, etc.

 

Facebook : Adélise Lapier – Ecrivaine

Roman initiatique publié aux éditions Rêve de Femmes : Le réveil des filles de la Déesse – Livre 1 : Dahaïs l’égarée

Articles réguliers dans les revues Rêve de Femmes, et dans l’agenda lunaire Rêv’Elles 2020